Archives de catégorie : Anthropologie

  “Sur cette gravure de Vogue on remarque également la posture extrêmement déterminée de la femme au premier plan mais également la position d’égalité avec l’homme de celle qui discute au second plan. Le regard frontal, braqué sur la lectrice, la position des jambes qui donne à la figure une posture dynamique semble faire avancer le personnage vers nous. De même, le bras replié sur la hanche donne une impression de puissance accompagnée par l’autre bras qui tient le fouet. Les personnages féminins de cette gravure de mode n’ont rien d’écervelé, de superficiel ou d’évaporé. Elles sont mises en scène dans des positions de puissance, et d’égalité avec leurs compagnons masculins.”

https://phileam.hypotheses.org/200

La mode cynégétique féminine: représenter les femmes en habits de chasse dans les magazines féminins de 1878 à la fin des années 1930.

La thématique du vêtement de chasse, et plus particulièrement du costume de chasse féminin est très peu présente dans la littérature cynégétique. Lors de nos travaux au Musée de la Chasse et de la Nature et au Palais Galliera à ce sujet, nous avons trouvé un nombre très restreint d’ouvrages abordant la question, et aucun abordant cette question exclusivement.

   D’abord parce que la femme qui chasse semble être minoritaire dans la pratique, et ce particulièrement aujourd’hui ce qui de fait n’incite pas les chercheurs à étudier cette question. Rappelons ici les chiffres donnés par la Fédération Nationale de la Chasse1, seulement 2,5 % des chasseurs sont des femmes. Cependant, elles sont proportionnellement plus présentes dans le détail selon de type de chasse comme c’est le cas de la vénerie, puisqu’elles représentent 20 % des personnes pratiquant la chasse à courre. Historiquement enfin, il semblerait que la pratique cynégétique soit principalement masculine, et qu’elle transporte en France avec elle, un imaginaire symbolique masculin2, comme l’affirme Bernard Picon dans son article « Chasse, pêche, cueillette : un même objet support d’attitudes et de pratiques sociales différenciées », mais également dans les pratiques cynégétiques dans le reste du monde, et ce quelques soient les époques comme le démontre Alain Testart3, à partir du moment où la technique de chasse fait couler le sang de l’animal4, comme c’est le cas pour la chasse à courre et à tire. Mais aussi parce que la thématique du vêtement n’a pas intéressé les historiens et spécialistes des pratiques cynégétiques, en raison sans doute de la connotation historiquement négative du vêtement, perçu comme superficiel et trompeur, et par extension associé à la sphère féminine, contraire donc, aux représentations viriles du chasseur.

Nous partirons ici de la phrase suivante, trouvée dans l’article de la revue du musée de la Chasse et de la Nature Billebaude au cœur de la nature « Tartarin ne se décline pas au féminin, Galerie de Portraits de Chasseresses en ce début de saison 2013-2014. Leurs Points communs ? Non pas les revendications féministes mais les chasses, qu’elles pratiquent avec passion et détermination » qui met clairement en tension, la dite « gravure de mode » et les femmes qui chassent, comme si les deux éléments étaient profondément incompatibles sur les plans réels et symboliques :

“Ces femmes qui chassent sont loin de l’image sur papier glacé à laquelle certains chasseurs et publicitaires aimeraient les cantonner. Aux antipodes de la gravure de mode évaporé, elles ne sont ni superficielles, ni écervelées et appellent de leurs vœux la belle âpreté de l’acte de chasse5.”

Cet extrait associe donc la gravure de mode à des traits de caractère et des comportements généralement associés aux femmes et à l’entreprise du paraître, tels que le caractère « évaporé » c’est-à-dire éloigné des réalités quotidiennes, « superficielles » c’est-à-dire manquant de profondeur et de caractère propre, et « écervelées », c’est-à-dire manquant d’intelligence.

Il est pourtant intéressant de remarquer, que loin de confirmer ces préjugés, les magazines de mode de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle ont la particularité de présenter des gravures de mode représentant des femmes en tenues de chasse, qui peuvent être mises en scène dans l’acte cynégétique, ou non. On remarque dès lors que la gravure de mode n’est pas incompatible avec l’acte de chasse.

Il conviendra ainsi ici, d’étudier la représentation des femmes en habits de chasse, dans les revues de mode françaises entre l’année 1878, et 1939, c’est-à-dire entre les débuts de la Duchesse d’Uzès6 non accompagnée par son mari dans les chasses à courre, et première occurrence que nous ayons trouvée d’un costume de chasse représenté dans La Mode Illustrée, et le début de la Seconde Guerre mondiale qui marque un coup d’arrêt à la présence des vêtements de chasse dans les magazines de mode féminins, en nous demandant si ces représentations peuvent renverser ou du moins nuancer à la fois une vision caricaturale de la gravure de mode, mais aussi une vision fausse et stéréotypée de la femme de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle siècle.

   Avant de mettre en exergue la représentation de la femme qui chasse dans les revues de mode féminines, il nous faut faire un détour par les revues spécialisées de la même période afin d’avoir un point d’appui pour montrer la particularité de la représentation des femmes en tenue de chasse dans les magazines féminins. Pour ce faire nous avons pu consulter au Musée de la Nature et de la Chasse plusieurs numéros de La Chasse Illustrée, puis du Sport Universel, ainsi qu’en ligne, quelques numéros du Chasseur Français. Ces trois magazines s’adressent à un lectorat différent, mais essentiellement masculin. La Chasse Illustrée commence dès le milieu du XIXe siècle, c’est une revue destinée à tous les chasseurs, mais avec un fort accent mis sur les pratiques bourgeoises, voire de l’aristocratie avec le compte-rendu des chasses à courre. Le Sport Universel commence au début du XXe siècle, il vise un lectorat aisé, mais qui s’intéresse à tous les sports. Il est plus technique et met l’accent sur les compétitions plutôt que sur les récits ou les mondanités. Le Chasseur Français est quant à lui un journal populaire, qui s’adresse à tous les chasseurs, et met en valeur son accessibilité grâce à son prix modique. Dans ces journaux, la tenue de chasse n’est pas mentionnée, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, alors même qu’elle est un élément fondamental de la pratique cynégétique, et en particulier pour la vénerie, puisque chaque équipage a son propre « uniforme » qui symbolise l’appartenance à ce dernier, à ses valeurs, et aux grandes personnalités qui lui sont associées. Les femmes sont peu présentes dans les illustrations mais sont mentionnées dans leur participation aux chasses. Nous rappelons ici qu’elles participent réellement et activement aux chasses et ne sont pas, pour le cas de la chasse à courre des suiveuses. Les représentations des femmes en habits de chasse, et en train de chasser sont de deux types, documentaires ou bien galantes (dans le cadre des fictions proposées dans les journaux), sachant que la plupart des images, pour La Chasse Illustrée sont des images d’animaux, et pour le Sport Universel et Le Chasseur Français ( par exemple:Le Sport Universel Illustré, 4 septembre 1904, p. 573 ou La Chasse Illustrée, 9 mars 1895, p. 77. ) les animaux, les compétitions et les armes. On y voit donc deux types de comportements, une vision romancée de la chasse, lieu de flirt, dans laquelle l’habit de la femme est tout à fait irréaliste mais a une apparence plaisante et galante, la mise en scène de l’arme pouvant être ambiguë (on pense ici immédiatement à l’expression un « tableau de chasse » faisant référence à la liste des conquêtes d’un homme), et une vision documentaire de la chasse qui dit présenter la réalité sociale de la chasse, dans laquelle le vêtement de chasse est réaliste et dans laquelle la femme est réellement dans l’action cynégétique.

Quoiqu’il en soit, les femmes sont bien présentes sur notre période dans la presse spécialisée. Dans les magazines de mode, la représentation des femmes qui chassent est assez différente.

D’abord, elles ne sont jamais représentées dans des scènes galantes à la chasse, et d’autre part elles peuvent être représentées de manières documentaires dans les pages mondaines en train de chasser ou bien en tant que gravures de mode, c’est-à-dire que l’accent est mis sur leurs tenues dans les pages modes.

   Entre 1878 et la Première Guerre Mondiale, les représentations des femmes en tenues de chasse dans les magazines féminins, sont principalement des gravures ou des photographies d’habits de vénerie, dit costumes de chasse ou costume d’amazone, le costume d’amazone pouvant également servir pour la pratique de l’équitation. Entre la fin de la Première Guerre Mondiale et le début de la Seconde Guerre mondiale, les tenues de chasse à courre sont remplacées par des tenues de chasse au fusil, on remarque un changement radical de style vestimentaire lié à un changement de mode. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la mode importée du Royaume-Uni est prééminente dans l’habillement de chasse féminin comme masculin en raison notamment de l’impulsion donnée par le Duc d’Orléans ancien exilé en Angleterre et revenu en France avec un certain nombre de pratiques britanniques. Après la Guerre de 1914-1918, l’inspiration vestimentaire vient aussi des pays germaniques et du nord de l’Europe et accompagne toute une vision hygiéniste et sportive du corps, notamment féminin.

Attardons-nous donc à présent sur ces représentations et l’image qu’elles donnent de la femme.

Nous étudierons ici plusieurs images qui nous ont parues représentatives de ces deux périodes après avoir consulté plus d’une vingtaine de numéros de revues variées, mais aussi des différentes rubriques dans lesquelles les femmes chasseresses sont représentées.

 

   Dans cette image tirée La Mode Illustrée, dimanche 29 juillet 1894, « costume de chasse pour dame », p 235, nous pouvons d’abord remarquer à quel point la tenue féminine est réalisée sur le modèle masculin. Comme le rappelle l’ouvrage Cinq siècles de Vénerie Féminine, sportive, légère et élégante,7 le costume de chasse féminin est fondé sur des critères de coupe masculins, et sont même réalisés par des tailleurs et non par des couturières comme il était d’usage pour les vêtements féminins. Mais c’est surtout la position des deux personnages qui nous intéresse ici. On peut relever une grande ambiguïté dans les rapports de pouvoir montrés dans cette image. D’un côté, l’homme montre à la femme le chemin dans une posture classique dans les représentations homme/femme publicitaire et dans les médias, comme l’a montré Erwin Goffman dans son étude des publicités, on reprendra donc ici ses mots : «  La plupart des publicités mettant en scène des hommes et des femmes évoquent plus ou moins ouvertement la division et la hiérarchie traditionnelles entre les sexes. Ainsi la femme apparaît le plus souvent dans des positions de subalterne ou d’assistée 8».

En même temps, dans cette image la femme tient l’arme, et est contrairement à l’homme prête à tirer. Elle est donc tout autant que l’homme dans une posture active, l’activité de chasse et la tenue de chasse, les mettant ainsi sur une relative position d’égalité. Nous sommes d’ailleurs frappés par la similarité des deux tenues et de leurs positions.

La mise en scène des tenues de chasse à courre dans les gravures de mode est peut-être encore plus intéressante quant à la représentation de ces femmes qui apparaissent non pas passives ou éthérées comme le laissait entendre la citation de Billebaude précédemment citée.

D’abord parce que le vêtement de chasse à courre, encore plus que celui de chasse à tire est composé paradoxalement d’accessoires et de vêtements non seulement en général attribués à l’homme, mais représentatifs de leur virilité. Le chapeau haut-de-forme, ainsi que le lampion sont par exemple toujours présents dans la garde robe féminine de chasse, sans transformation. Les encolures des jaquettes sont aussi très proches de celles des hommes, ainsi que tous les accessoires, bottes, fouets et fusils compris. Nous pouvons ainsi nous intéresser à la gravure suivante: Vogue, février, 1922, p 24. Nous constatons ici une quasi indifférenciation entre les hommes et les femmes sur le plan vestimentaire, surtout si on compare cette image à cette gravure tirée de la revue de mode masculine Monsieur alors même qu’il s’agit de chasse à tire et non à courre comme plus haut : Monsieur, revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur, janvier 1920.

   Sur cette gravure de Vogue on remarque également la posture extrêmement déterminée de la femme au premier plan mais également la position d’égalité avec l’homme de celle qui discute au second plan. Le regard frontal, braqué sur la lectrice, la position des jambes qui donne à la figure une posture dynamique semble faire avancer le personnage vers nous. De même, le bras replié sur la hanche donne une impression de puissance accompagnée par l’autre bras qui tient le fouet. Les personnages féminins de cette gravure de mode n’ont rien d’écervelé, de superficiel ou d’évaporé. Elles sont mises en scène dans des positions de puissance, et d’égalité avec leurs compagnons masculins.

   Par ces représentations, on remarque bien un large contraste entre l’imaginaire de la gravure véhiculée par la citation de la revue Billebaude aujourd’hui, mais également avec l’imaginaire sur la femme du XIXe siècle et du début du XXe siècle que nous avons pu rencontrer lors de nos trois entretiens semi-dirigés avec deux femmes de 23 ans et un homme de 57 ans (choisis dans mon entourage sans autres critères que leur disponibilité) au sujet de leur perception de la femme à ces époques. Au cours de ces entretiens il s’est avéré d’abord que certains individus interrogés avaient une vision extrêmement réductrice et stéréotypée de la femme à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les représentations de la femme l’associaient souvent à une oisiveté festive (bals) ou à une oisiveté apathique et domestique (la femme qui attend son mari à la maison). Certains ont évoqué les femmes des classes ouvrières mais avec peu de détails, dans une vision marquée par la lecture de Zola. La chasse est apparue comme une pratique exclusivement masculine à laquelle selon les enquêtés, les femmes ne prenaient pas part, notamment selon l’expérience personnelle de leur famille. Leurs vêtements de chasse, enfin, n’étaient de fait pas pensés. Si les femmes y prenaient part, elles étaient pour leur enquêtés passives et ne participaient pas activement à la pratique cynégétique ou bien, mais seulement une fois que ces types de chasses eurent été évoqués dans les questions, à des chasses jugées plus élégantes telles que la chasse à tire aux oiseaux, et la chasse à courre.

La confrontation à trois images, une gravure et deux photos a fait ressortir le grand étonnement des enquêtés face à la fois à la pratique féminine de la chasse, aux types de vêtements utilisés et à la présence des ces représentations de femme à la chasse ou en habits de chasses (nous distinguerons les deux) dans des magazines féminins de mode.

Ces images nous semblent en fait nuancer, en ce qui concerne les femmes bourgeoises et de l’aristocratie, cette vision de la femme, et ce dès les années 1870, mais aussi faire un pendant effectif à un régime d’images, et notamment de gravures de modes ou de photographies de mode qui reposent sur des mises en scène éthérées des femmes, absentes à elles-mêmes, transparentes, soumises, que mettra Goffman dans son texte « La Ritualisation de la féminité 9» en exergue au milieu du XXe siècle mais qui sont applicables aux images le précédant.

Les pages mondaines ou centrées sur les voyages sont encore plus révélatrices de cette représentation virile et puissante des femmes en habits de chasse dans les revues de mode. On pense notamment à cette double page sur la Duchesse d’Uzès dans : Femina, 1907, Tome VII, p. 508-509, cheffe d’un équipage de vénerie depuis 1878 qui apparaît en pleine action, à cheval, dirigeant son équipage en plein laisser-courre. Mais on pense également à cette photographie du Figaro Modes  représentant une femme pratiquant la chasse à tire: Le Figaro Modes décembre 1904, p 7. Celle-ci est doublement présentée dans des postures dominantes, d’abord la frontalité et la manière dont elle tient son fusil dans la première image, et ensuite l’action et le dynamisme dans la seconde image.

Dans les deux cas, la Duchesse d’Uzès menant la chasse à courre et une femme pratiquant la chasse à tire, ces femmes portent des vêtements masculinisés, sans aucune parure particulière ou ajouts esthétiques, et sont représentées en pleine action.

Cependant, notre point de vue est ici à nuancer.

En effet, si ces images mettent bien en évidence une forme de pouvoir féminin, acquis à la fois par une pratique sportive et par un vêtement marqué par les usages masculins, elles nuancent ces visions caricaturales et des gravures de mode et des femmes de ces périodes elles ne les renversent pas.

En effet, la pratique de la chasse est d’abord masculine et la femme semble devoir s’adapter à cette pratique plutôt que cette dernière ne s’adapte à elle. Son habit est en effet un costume d’homme adapté à la femme et ne la libère ni du corset ni de la jupe pour ce qui est du XIXe siècle, et ensuite au XXe siècle, dans le cadre de la vénerie, de pratiques qui n’existent plus ailleurs, comme le fait de monter en amazone.

   D’autre part, en règle générale, à part pour la Duchesse d’Uzès, ces femmes chassent en compagnie de leur mari et sont souvent représentées à leurs côtés dans les pages mondaines, mais pas dans les pages de mode. Enfin, il ne s’agit ici que de représentations de femmes aisées à la chasse, ce qui rappelle bien que ces pratiques et ces usages vestimentaires ne conviennent qu’aux classes le plus élevées de la société et dans lesquelles une certaine forme de « liberté » par le loisir est autorisée et prônée. Le port du haut de forme pour les femmes, mais aussi du lampion, est alors non plus vraiment une appropriation d’un objet masculin par la femme et par extension des pouvoirs qui lui sont attachés, mais plutôt l’appropriation d’un signe distinctif de classe. Le haut-de-forme représente les classes élevées de la société, la bourgeoise, la haute-bourgeoisie et l’aristocratie, davantage peut-être ici que l’homme même s’il est un objet normalement obligatoire à la tenue de l’homme élégant et distingué.

D’autre part, nous avons remarqué qu’à la fin de notre longue période, les gravures de mode mettaient moins en scène des femmes qui chassent sur un mode conquérant et dominant comme nous avons pu le voir ici.

Nous pensons par exemple à cette gravure de mode dans Femina, septembre 1937, p 36, sur laquelle les deux femmes ne regardent pas le spectateur, prennent des postures qui les cachent en partie, sont voûtées ou pliées en avant, et adoptent des comportements plus flegmatiques, et moins volontaristes, comme le montre la cigarette négligemment tenue du bout des doigts, ou le pied sur la marche dans une sorte de geste d’ennui.

   De cette courte étude des représentations dans les magazines de mode de femmes en tenues de chasse entre 1878 et 1939, nous pouvons d’abord remarquer la mise en scène singulière de ces femmes qui portent des vêtements et des accessoires calqués voire identiques à ceux des hommes. Ainsi habillées, on ne retrouve plus les représentations, qui existent bien, de la femme éthérée, femme-enfant, ou femme à la maison pour ne pas dire de femmes-objets mais au contraire, nous rencontrons des portraits de femmes dans des positions dynamiques, actives, et même dominantes.

   Toutefois, nous pouvons remarquer que ces gravures de mode, ou photographies de femmes sont minoritaires, elles n’apparaissent qu’aux saisons de chasse dans les magazines, et il semblerait, de manière irrégulière, surtout à la fin de la période. D’autre part, ces représentations ne s’adressent et ne concernent que des femmes des classes élevées, pour qui il y a, par leur position dominante, dans la société une liberté accordée plus grande, ou plutôt la reconnaissance d’une forme de supériorité, malgré leur sexe. Nous pouvons également penser, que cette imitation du vêtement de l’homme et de ses attributs symboliques, est par nature une dégradation du prototype masculin. En ce sens, l’imitation serait comprise dans sa dimension platonicienne, comme dégradation ontologique et donc dans sa valeur, de l’objet premier, l’imitation ne pouvant jamais être totale. En ce sens, ces tenues féminines masculinisées continueraient de marquer une infériorité sociale de la femme, tout en lui accordant la supériorité de sa classe.

   Enfin, nous avons remarqué qu’à partir des années 1937-39, la représentation des femmes qui chassent change drastiquement. On retrouve de moins en moins cette apparence décidée et volontaire, et davantage des postures éthérées, détachées, ce qui tendrait à nous faire penser plusieurs choses : d’abord peut-être que la chasse devient de plus en plus une activité banale, qui n’a plus le prestige qui lui était accordé au XIXe siècle et au début du XXe siècle, ensuite peut-être que la femme est moins considérée dans ses activités sportives et de loisir, ouvrant la porte à des années 1940 et 1950 qui mettent davantage en valeur, dans les médias en tous cas, la femme à la maison.

Bibliographie :

Périodiques :

Magazines de mode :

Art/ Goût. Beauté, avril 1931, Feuillets de l’élégance féminine, Paris.

Femina, 1907, Tome VII.

Femina, septembre, 1937.

Gazette du Bon Ton, art-modes & frivolités, Lucien Vogel, Paris, n° 6, juillet 1921.

Gazette du Bon Ton, art-modes & frivolités, Lucien Vogel, Paris, n° 6, juillet 1920.

La Mode Illustrée, 24 mars, n° 12, 1878.

La Mode Illustrée, 14 février 1886, n°7.

La Mode Illustrée, dimanche 4 février 1894.

La Mode Illustrée, 25 juin 1895.

La Mode Illustrée, Journal de la Famille, dimanche 20 janvier, 1907.

La Mode Illustrée, Journal de la famille, dimanche 28 juillet 1907, n°30.

Monsieur, revue des élégances, des bonnes manières et de tout ce qui intéresse Monsieur, janvier 1920.

Vogue, janvier, 1924.

Vogue 1er décembre 1920.

Vogue, novembre 1922.

Vogue, Septembre 1935.

Vogue septembre 1936.

Vogue, septembre 1939.

The Boudoir, An Illustrated Magazine for Gentlewomen, N°1, Novembrer 1903, Vol.1, vendu à Paris.

Ouvrages sur la mode :

Paris-Couture-Années Trente, Musée de la Mode et du Costume, Palais Galliera, 7 mai 1987, Paris.

Ouvrages sur la chasse consultés au musée de la Chasse :

Barbier, Muriel, Abrille Raphael, Cinq siècles de vénerie féminines, Somogy, Musée de la Vénerie, de la chasse et de la nature.

Capstick, Fiona Claire, Ward, Rowland, The Diana Files, The Huntress-Traveller through history, Publications Johannesburg, 2004, Afrique du Sud.

Chaudun, Nicolas, Le Studio Delton, Miroir du temps des équipages, Actes Sud/ Musée de la Chasse et de la Nature.

De Gmeline, Patrick, La Duchesse d’Uzès, 1847-1933, Perrin, 2002 (1986), Paris.

Hallo, Charles-Jean, Fondateur du Musée de la Vénerie, Historique des Tenues de Vénerie, De la cape à la botte, préface de Diégo de Bodard, Editions Crépin-Leblond, 1999.

Van Hanswijck de Jonge, Maxime, La Chasse au féminin, Dianes célèbres au Moyen-Age à nos jours, éditions Montbel, 2011, Paris.

À Courre, à cor et à Cri, Images de la vénerie au XIXe siècle, Musée de la chasse et de la nature, Samogy, Éditions d’Art, 1999, Paris.

Cinq siècles de Vénerie féminine, sportive, légère et élégante, 2006, coédité par la société des Amis du musée de la Vénerie et le musée de la chasse, et de la nature, à l’occasion de l’exposition « Sportive, légère et élégante, Cinq siècles de vénerie féminine, 1er juillet 2006- 1er octobre » au musée de l’hôtel de Vermandois (Senlis).

Chasse à courre, chasse de cour, Fastes de la vénerie princière à Chantilly au temps des Condés et des Orléans, 1659-1910, éditions La Renaissance du Livre, 2004, exposition au Musée Condé, Chantilly-Musée de la Vénerie, Senlis.

Sciences humaines :

Erving Goffman, Les Moments et leurs hommes, textes recueillis et présentés par Yves Winkin, Seuil/ Minuit, p.185.

Alain Testart, L’Amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, 2014.

« Chasse, pèche, cueillette : un même objet support d’attitudes et de pratiques sociales différenciées », Bernard Picon, in Sociétés Contemporaines, 1991, n° 8, pp 87-100.

Periodiques spécialisés chasse et sport :

Billebaude au cœur de la nature, n°3, octobre 2013, Glénat, Maison de la Chasse & de la Nature, Paris.

Le Sport Universel Illustré, 20 mars 1904, n° 400.

Le Sport Universel Illustré, 27 ars 1904, n° 401.

Le Sport Universel Illustré, 4 septembre 1904, n° 421.

Le Sport Universel Illustré, 25 septembre 1904, n° 427.

Le Sport Universel Illustré, 2 octibre 1904, n° 428.

Le Sport Universel Illustré, 13 Novembre 1904, n° 434.

Le Sport Universel Illustré, 27 novembre 1904, n° 436.

Le Sport Universel Illustré, 4 décembre 1904, n° 437.

La Chasse Illustré journal des chasseurs et la vie à la campagne, 23 mars 1878

La Chasse Illustré journal des chasseurs et la vie à la campagne, n° 44, 2 novembre 1878.

La Chasse Illustré journal des chasseurs et la vie à la campagne, n° 45, 9 novembre 1878

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, n° 49, 7 décembre 1879.

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, n° 50, 14 décembre 1878.

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, 21 Février 1880.

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, 12 juin 1880.

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, 4 décembre 1880.

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, n °10, samedi 9 mars 1895.

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, n°22, samedi 1er juin 1895.

La Chasse Illustrée un journal des chasseurs et la vie à la campagne, n° 43, samedi 9 novembre 1895.

Vénerie, La chasse au chiens courants, n°13, Premier Trimestre 1969.

1https://www.chasseurdefrance.com/decouvrir/les-chasseurs-aujourdhui/ page consultée la dernière fois, le 02/06/2022.

2« Chasse, pèche, cueillette : un même objet support d’attitudes et de pratiques sociales différenciées », Bernard Picon, in Sociétés Contemporaines, 1991, n° 8, pp 87-100.

3Alain Testart, L’Amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, 2014.

4En raison des croyances liées au sang des femmes.

5Billebaude au cœur de la nature, n°3, octobre 2013, Glénat, Maison de la Chasse & de la Nature, Paris, p.61.

6La Duchesse d’Uzès fût l’une des première femme à pratiquer la chasse à courre sans son mari (décédé) et à être cheffe d’équipage. Elle a eu son propre équipage jusqu’à sa mort et était l’une des grandes figures de la vénerie entre 1878 et 1933.

7Cinq siècles de Vénerie féminine, sportive, légère et élégante, 2006, coédité par la société des Amis du musée de la Vénerie et le musée de la chasse, et de la nature, à l’occasion de l’exposition « Sportive, légère et élégante, Cinq siècles de vénerie féminine, 1er juillet 2006- 1er octobre » au musée de l’hôtel de Vermandois (Senlis).

8Erving Goffman, Les Moments et leurs hommes, textes recueillis et présentés par Yves Winkin, Seuil/ Minuit, p. 200.

9Erving Goffman, Les Moments et leurs hommes, textes recueillis et présentés par Yves Winkin, Seuil/ Minuit, p.185.