Le Mauve: la modernité en question

Le Mauve: la modernité en question

(travail mené sur l’année universitaire 2020-2021)

   Aujourd’hui encore souvent perçue comme ringarde ou vieillotte, la couleur mauve fût pourtant la première teinture synthétique de l’histoire, inventée en 1856 par le chimiste anglais William Henry Perkins, et considérée à l’époque comme la couleur moderne par excellence, en somme comme la couleur « à la mode ». Pourtant, en cette année 2021, j’ai pu remarquer un retour étonnant de cette couleur dans les collections de plusieurs marques de prêt-à-porter, des enseignes les moins chères aux plus coûteuses. Il m’a semblé ainsi nécessaire de tenter de comprendre ce retour du mauve, et d’en étudier l’évolution dans les usages dans le vêtement en France depuis sa création, mais aussi dans la perception qu’ont pu en avoir celles et ceux qui le portaient ou au contraire ne le souhaitaient pas. À partir d’un travail sur des archives, d’enquêtes de terrain et d’entretiens semi-dirigés, nous analyserons d’abord la place du mauve aujourd’hui dans la mode et dans les imaginaires. Cela nous amènera à retourner aux origines du mauve pour essayer de voir les différences d’usages de cette couleur entre aujourd’hui et le XIXe siècle. Enfin cela nous mènera à essayer de comprendre comment le mauve a au XXe siècle été progressivement mis de côté pour mieux revenir de nos jours.

I) Le mauve aujourd’hui, quel usage, quelle image ?

Afin de comprendre la relation actuelle des Français et des Françaises avec la couleur mauve dans la mode j’ai procédé de diverses manières tout en m’adaptant aux restrictions dues à la crise de la Covid 19. J’ai d’abord réalisé onze entretiens semi-dirigés avec des personnes éloignées des mondes de la mode. Afin d’avoir un panel de réponse large, j’ai mené des entretiens avec des personnes d’ages très différents : de 20 à 80 ans, de sexes différents : hommes et femmes, d’orientations sexuelles différentes : hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles, d’origines géographiques variées en France, de la Normandie à la la région Pacca, et issues de classes sociales différentes et évoluant dans des métiers différents : étudiants en lettres, étudiants en histoire, vétérinaire, enseignant, retraités. La seule chose commune à tous ces interviewés étant leur classe sociale, se définissant tous sans exception de la classe moyenne, et nuançant leur place dans celle-ci. Voici ci-dessous un exemple de questionnaire complété proposé sur le mauve, questionnaire modifié en marge dans le cadre des entretiens semi-dirigés qui me permettaient de demeurer ouverte aux propositions des enquêtés et de pouvoir enchaîner directement sur leurs paroles.

D’abord, est-ce que tu sais ce qu’est la couleur mauve ? Oui, en porte beaucoup, voiles sur bateau rose fuchsia et blanches, aime cette couleur. Détestais cette couleur quand jeune, aime depuis au moins 30 ans cette couleur et le violet en général.

À quoi renvoie le mauve pour toi ? Ne sais pas y répondre, très spontané, j’ai trouvé cette couleur belle. Ne sais pas pourquoi. Magnifique. Pas une couleur triste mais optimiste, pas une couleur pour les gens sérieux, et en même pas si sûr que ça.

Est-ce que tu porterais du mauve ? Toutes les occasions si se présentent, en chemise, en t shirt, couleur que porte plus particulièrement à la belle saison, parce que des couleurs d’été

Pourquoi ?

Y a -t-il selon toi des personnes en particulier qui seraient susceptibles de porter du mauve ? Ne sais pas. Mauve c’est pas classique, va pas aux gens très classiques. Avec des souvenirs anciens → vieilles personnes quand a été très jeune.

Quelle est la connotation du mauve ? Pas de connotation

Que penserais-tu de quelqu’un qui porterait du mauve ? Rien de particulier, apprécierais.

À quelle classe sociale cette couleur appartient-elle?  Possible que ce soit plus une couleur adoptée dans les milieux plutôt instruits, certain niveau d’instruction, gens qui sont plus intéressés par l’art. Renvoie plutôt à la peinture→ Gauguin , mais pas que, la peinture du 15e siècle italien

À quel age et sexe? N’importe, femme et homme.

À quelle orientation sexuelle? Pas du tout, strictement rien à voir, même si fait partie du drapeau LGBTQIA+.

À quel type d’individu ?

Mauve : couleur moderne ? Pense que c’est plus à la mode qu’au moment ou a commencé à l’utiliser, qu’il y a 20 ans-25 ans.

Le mauve et le deui?→ aucunes références1

   J’ai ensuite réalisé des enquêtes sur les sites internets de deux grands magasins parisiens. J’ai en parallèle également observé les différents comptes instagram de grandes marques actuelles afin de pouvoir voir se dessiner les tendances. Enfin, dans les rares moments où nous n’étions pas confinés et où les magasins n’étaient pas fermés je me suis déplacée dans ces grands magasins pour me faire une idée visuelle de la présence de cette couleur dans les collections et dans la « scénographie » de l’espace de vente de ces magasins, qui sont en général assez représentatifs des modes. Dans ces cadres, j’ai trouvé un certain nombre de vêtements qui d’apparence me semblaient mauve. Toutefois je me suis heurtée à un problème de terminologie. Beaucoup de ces vêtements sur les étiquettes étaient soit qualifiés de « lilac » (lilas en français) soit étaient classés dans la catégorie plus large des violets. J’en ai déduit que la couleur mauve n’était pas une couleur qui venait à l’esprit des créateurs ou bien qu’il y avait une volonté de ne pas l’utiliser, peut être n’était-elle pas vendeuse. Toutefois cette idée a été remise en cause par la publicité pour un tout nouveau smartphone qui montre en grosses lettres le mot « mauve » qui est la dernière couleur tendance du téléphone. J’en déduis qu’il y a une volonté en amont de mettre en valeur cette couleur cette année, même si elle n’est pas toujours explicitement affirmée. J’ai également observé les gens dans la rue pour essayer de voir quelle pouvait être la proportion de personnes portant du mauve aujourd’hui dans un quartier aisé (aisance économique qui permet davantage aux individus de suivre les modes et d’oser des couleurs variées) mais assez jeune parisien. Les modèles que j’ai pu voir étaient en général adaptés à la vie de tous les jours, souvent des pulls, et des pantalons, plus rarement des robes. Il ne s’agissait jamais de tenues de soirée. J’ai ensuite réalisé deux entretiens avec deux conservateurs du Palais Galliera dans lesquels je leur ai demandé des informations plus précises sur le mauve, et j’ai également eu la chance de pouvoir accéder à la base de données du musée et de pouvoir trouver directement le nombre d’occurrences de mauve dans celui-ci. Sur environ 250000 pièces du musée, 1104 étaient archivées avec le terme « mauve » dans leur notice, et il faut retirer de ces 1104 celles du XVIIIe siècle dont la couleur était naturellement tirée de la fleur (ce qui n’est pas le sujet ici) et non de la mauvéine artificielle. J’ai enfin mené un entretien avec une ancienne enseignante de couture en établissement professionnel. Au cours de mes entretiens avec des enquêtés sans liens avec les milieux de la mode, certains traits saillants dans la perception de la couleur mauve dans les vêtements aujourd’hui me sont apparus :

– Le mauve est toujours considéré comme une couleur « vieillotte », « ancienne », faisant référence dans l’inconscient collectif de mes enquêtés quelque soit leur age ( de 20 à 80 ans) à une couleur de vieille dame. Cela est particulièrement intéressant car cela prouve que le mauve associée à un textile renvoie à des images plus anciennes que les années 1940 ayant le cas d’enquêtés âgés de 80 ans.

– Le mauve s’il est porté aujourd’hui est souvent associé à une certaine originalité, mais une originalité discrète et élégante. C’est une couleur perçue comme bourgeoise ou associée à un milieu artistique et culturel.

– Le « sexe » attribué au mauve est variable, il est tout autant associé aux hommes qu’aux femmes et n’est pas associé à une orientation sexuelle précise.

– Le mauve est parfois associé au deuil, mais cela ne semble pas lié à la génération dont est issu l’interviewé. Par contre je n’ai trouvé cette réponse que chez les femmes, indiquant peut-être le passage d’une tradition autour du textile de femme en femme. Comme nous le verrons en seconde partie, des recherches ont infirmé cette association du mauve au deuil.

Dans le cadre de mes entretiens avec des enquêtés du milieu du vêtement, les conservateurs ont fortement associé le mauve avec le XIXe siècle, ce fût moins le cas du côté de l’enseignante à la retraite pour qui le mauve renvoyait certes au XIXe siècle mais aussi au deuil, et aux robes pour des bals dansant (faisant signe plutôt vers le milieu du XXe siècle) ou pour des tenues de cérémonies, ce qu’elle a pu confirmer en en discutant avec une connaissance tenant actuellement un atelier de couture. Pourtant, malgré cette vision du mauve comme couleur du passé, ou comme couleur cérémonielle, mes enquêtes de terrain dans les grands magasins, sur leurs sites et en vrais, ainsi que mes observations dans les vitrines des boutiques dans des quartiers aisés très commerçants de Paris, ont prouvé que le mauve était à la mode cette année et dans le cadre d’un style quotidien et confortable. Mais être à la mode va t-il de paire avec le fait d’être moderne ?

Dans son article « Le bleu est à la mode cette année2 », Roland Barthes affirme ceci :

Lorsque je lis dans un journal de mode que (…) le bleu est à la mode cette année (…) il s’agit de m’imposer une relation entre un concept ( le printemps, la jeunesse, la mode cette année) et une forme (l’accessoire, ce tailleur, le bleu), entre un signifié et un signifiant.

Si nous disons que le mauve est à la mode cette année, nous faisons donc équivalence entre l’année 2020-2021 et la couleur mauve. En ce sens donc l’usage du mauve dans la mode est résolument moderne. Pourtant, si nous allons plus loin nous remarquons que dans l’esprit collectif, dans les usages, il est le signifiant d’une mode passée. De fait dans le choix même de la couleur mauve cohabitent la modernité de la mode actuelle dans laquelle il trouve sa place, et le passé auquel il renvoie. Le mauve a de toute évidence, contrairement à d’autres couleurs plus classiques, plus habituelles, une connotation vieillie, passée qu’il faut expliquer. Certains parmi mes enquêtés, ont affirmé refuser de porter cette couleur, pas seulement par ce qu’elle ne leur allait pas au teint, mais parce qu’ils l’associaient au ringard. D’autres au contraire ont affirmé vouloir en porter justement parce que c’était une couleur qui renvoyait pour eux à une époque révolue, à un monde selon eux plus doux, et à la nature. Nous voyons alors bien dans cette dernière affirmation à quel point l’idée que se font mes enquêtés de cette couleur est empreinte d’un imaginaire auquel ils adhèrent plus ou moins. Nous devons alors tenter de savoir sur quoi se fonde cet imaginaire autour du mauve, pourquoi l’associer à l’ancien, de quel ancien il s’agit (ce que les enquêtés n’ont pas pu toujours me dire), et pourquoi l’associer à la nature et aux tenues élégantes.

II) Invention et usage du mauve dans la deuxième moitié du XIXe siècle : l’âge d’or

Pour répondre à ces questions, nous devons d’abord revenir à l’invention de cette teinture. La teinture mauve existait déjà sous forme naturelle au XVIIIe siècle, elle était dérivée de la fleur la mauve lors d’un processus d’extraction de ses pigments. On trouve des exemples de vêtements mauves à la fin du XVIIIe siècle, mais la couleur tire davantage sur le rouge que le mauve du XIXe siècle. Au XIXe siècle apparaît la première teinture artificielle au monde : la mauvéine. Cette artificialisation de la mauvéine amène à un industrialisation de la teinture et donc à sa généralisation. Sa couleur particulièrement originale, le processus scientifique dont elle est issue en font une couleur particulièrement prisée de l’Impératrice Eugénie qui achève de la mettre à la mode3. Porter du mauve dans les années 1860 c’est porter la couleur de l’Impératrice, cela dénote ainsi une certaine place dans la société ou bien l’envie d’y accéder. Pour comprendre l’usage de cette teinture au moment de sa création j’ai travaillé principalement sur les magazines de mode archivés au Palais Galliera auxquels Mme Sylvie Roy responsable du fond documentaire et des archives privées m’a permis d’accéder, mais également sur des livres traitant de la mode sous le Second Empire et le début de la Troisième République. Je me suis principalement servie de la revue La Mode Illustrée, Journal de La famille dont j’ai étudié tous les numéros des années 1866 et 1898, selon les années disponibles au musée, de manière à couvrir la deuxième moitié du Second Empire, le temps que la teinture mauve se soit démocratisée et soit descendue de l’aristocratie vers les couches bourgeoises et petites bourgeoises de la société, puis la fin du siècle et le milieu de la Troisième République. Ces deux années me permettaient de poser des jalons dans la chronologie et de noter ou non une évolution dans l’utilisation dans la mode vestimentaire de cette couleur. Cette revue d’autre part avait l’avantage de s’adresser à la petite bourgeoisie et se rapprochait donc davantage de ce que la plupart des gens portaient au quotidien dès qu’ils avaient un peu les moyens du choix, et me permettait donc de voir comment les modes des puissants s’étaient ensuite distillées dans les classes moins élevées de la population. À partir de cette revue j’ai pu distinguer les usages suivants du mauve dans la mode en 1866 :

– Le mauve est une couleur féminine, l’habit masculin s’étant cantonné au noir depuis les années 1830.

– Le mauve est d’abord une couleur de saison, on la trouve majoritairement aux mois de mars, avril et mai. Elle n’apparaît pas pendant l’hiver, presque pas pendant l’été, et est remplacée par le violet pendant l’automne.

– Le mauve n’est pas le lilas, ni le violet, ni le parme, ni l’héliotrope (dont il se rapproche pourtant excessivement). Certaines tenues sont d’ailleurs composées et de mauve et de lilas et de violet. Le mauve est utilisé la plupart du temps en monochrome sur toute une robe ou toute une jupe. Si utilisé, il est la couleur dominante de la tenue4. Il est également utilisé en marge sur les accessoires tels que les chapeaux.

– On trouve principalement le mauve pour des toilettes de soirée et de bal, ce qui en fait une couleur d’apparat et donc confirme son aspect « à la mode ». On la trouve ensuite dans des tenues de ville élégantes et non adaptées à la marche ce qui continue de renforcer l’aspect distingué de la couleur. Dans le numéro du 15 juillet 1866, dans la rubrique « Mode 5», la rédactrice affirme d’ailleurs ceci :

Autrefois les taffetas unis, de nuance très-claire, rose ou bleue, ou maïs, ou mauve, ou verte étaient réservées aux toilettes du soir, aujourd’hui l’on en compose des toilettes de ville (…) qui ne peuvent se montrer à pied, bien entendu. Ces toilettes offrent la réunion d’une robe de taffetas uni (…) supposons-la mauve (…) à corsage décolleté et manche courtes. 

– Ce n’est jamais une couleur pour les petites filles, ni pour les femmes d’âge mûr. Il s’agit d’abord d’une couleur pour les jeunes femmes qui n’ont pas encore de mari, puis pour les femmes mariées.

– Le mauve est une couleur de vêtements et jamais de tissus d’ameublement contrairement au violet par exemple.

À la fin du siècle, le mauve est devenu une couleur habituelle et prisée, elle est vraiment entrée dans les usages malgré son invention récente. D’ailleurs les manuels de savoir-vivre et autres encyclopédies destinées à la femme citent la couleur mauve dans des entrées très généralistes. Par exemple dans le Dictionnaire de la femme6, publié en 1897 à l’entrée couleur, le mauve est rapidement cité et est proposé en association avec certaines couleurs de cheveux et teints de peau. Enfin, malgré l’évocation dans mes entretiens de la couleur mauve pour le deuil au XIXe siècle, je n’ai pas pu en trouver de preuves. Je pense qu’il s’agit d’un abus de langage pour désigner la phase du demi-deuil dans laquelle on portait du violet et notamment des bijoux en améthyste dont la couleur violet pâle parfois légèrement bleue ressemble à du mauve.

Le mauve à la fin du siècle demeure important, du fait de sa nouveauté sans doute et de son association passée à l’élégance impériale. Dans le numéro 9 du 27 février 1898 de la Mode Illustrée, dans la rubrique « Secrets professionnels », la rédactrice propose de remplacer les mousselines de soie blanches par une mousseline d’une « couleur choisie parmi les teintes les plus fines et les plus tendres : jaune ou rose pâle, vert d’eau, mauve ou ciel. » Un peu plus tard dans l’année dans le numéro du 17 avril, dans la « Chronique de Printemps », le mauve est compté parmi les « teintes les plus exquises et le plus suaves ». Les archives privées conservées au Palais Galliera de la Comtesse de Greffulhe, figure incontournable de la mode de son époque, et faiseuse de mode par ses tenues exceptionnelles, sont d’ailleurs marquées par la présence de cette couleur pour des toilettes. On pense notamment au mariage de sa fille avec le duc de Guiche en novembre 1904, évènement mondain particulièrement regardé et commenté, où sa tenue mauve a fait sensation et dont le succès a dépassé celle de la mariée.

Toutefois, à partir de l’extrême fin du XIXe siècle (vers 1910), la couleur mauve s’essouffle vestimentairement parlant. Le magazine Fémina est tout à fait représentatif de cela, je n’ai trouvé parmi les numéros accessibles de 1910, qu’une seule occurrence de mauve dans le numéro de février 1910, et de manière très marginale puisqu’il s’agissait simplement de la couleur de rubans7. Avec la modification drastique des formes et l’abandon des structures corsetées et très lourdes du XIXe siècle, on remarque l’abandon d’une de ses couleurs phares. D’ailleurs, au cours de mes entretiens avec les deux conservateurs du Musée Galliera, tous les deux ont associé le mauve à la deuxième moitié du XIXe siècle seulement. Alexandre Samson responsable des départements Création Contemporaine et Haute Couture, l’a d’ailleurs qualifié de « désuet ».

A partir de la fin du siècle, le mauve n’est déjà plus moderne. Pourtant, lors de mes recherches indexicales dans des ouvrages de la littérature je me suis aperçue que le mauve revenait dans les années 1930. Cela était-il une réalité ou bien une vue purement littéraire ? Si cela était une réalité, quels étaient les nouveaux usages de cette couleur dans la mode à ce moment là, et en quoi ils rompent avec ceux du siècle dernier et préfigurent peut-être les conceptions actuelles de cette couleur ?

III) Le mauve au XXe siècle, entre désamour et retour.

En ce qui concerne les années 1910-1920, je n’ai pas pu trouver beaucoup d’occurrences de mauve, et surtout il était très difficile d’en trouver la logique quand il y en avait. Il semble que dans les années 1910 et 20 il s’agisse surtout d’un restant du XIXe siècle. Dans les numéros de Vogue de cette époque là que j’ai pu consulter sur le site de la BNF, le mauve réapparaît certaines années principalement pour des chapeaux ou des accessoires mais rarement davantage. Il était par ailleurs quasiment totalement absent du Fémina de 1910 et d’autres revues des années 1920. On note principalement un changement au moment des années 1930, ce que le roman Le Sursis laisse entendre. En effet, dans le second tome des Chemins de la liberté, Le Sursis8, Sartre évoque plusieurs fois la couleur mauve en faisant référence aux tenues des femmes en 1938 à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale.

Des étoffes rouges et roses et mauves, des robes mauves, des robes blanches, des gorges nues, de beaux seins sous des mouchoirs, des flaques de soleil sur les tables, des mains, des liquides poisseux et dorés, encore des mains, des cuisses jaillissant des shorts, des voix gaies, des robes rouges et roses et blanches, des voix gaies qui tournaient dans l’air, des cuisses, la valse de La veuve joyeuse, l’odeur des pins et du sable chaud (… )9 La terrasse de la Tour d’Argent bourdonnait comme une ruche, robes rouges, roses, mauves, bas de soie artificielle, joues fardées, liquides caramélisés, une foule sirupeuse et collante, il eut le cœur transpercé de pitié : on les arrachera des cafés, de leurs chambres et c’est avec eux qu’on fera de la guerre.10

Nous devons ainsi nous demander si les descriptions de Sartre sont bien le reflet d’une réalité vestimentaire de son époque, s’il agit plutôt d’une liberté littéraire ce qui ferait que ce mauve ne serait qu’une dénomination du violet en général, et dans quel contexte et pour quels types de vêtements cette couleur est utilisée ici.

La consultation de revues allant de l’année 1932 à l’année 1937 m’a d’abord permis de remarquer une certaine évolution dans les teintes utilisées dans la mode, principalement féminine de cette époque. J’ai remarqué, bien que bien-sûr ma recherche soit nécessairement parcellaire, à travers plusieurs numéros de L’officiel et du Jardin des modes qu’on ne trouvait pas de mauve à la fin des années 1920 et au tout début des années 1930. Afin d’être plus efficace dans mes recherches, ayant constaté la saisonnalité de la couleur mauve dans la mode (principalement entre mars et mai) j’ai prioritairement consulté les magazines de ces mois là, et cette saisonnalité y a d’ailleurs été confirmée lorsque j’ai parcouru d’autres titres de l’hiver cette fois. Je n’ai tout d’abord pas trouvé d’occurrences de la couleur mauve dans le numéro du Jardin des Modes de mars 1932 ni dans celui d’avril 1932. Pourtant ce journal destiné à une classe moyenne capable de faire elle-même ses tenues ou de les faire réaliser par des couturières de quartier était extrêmement détaillé et bien organisé afin de permettre la confection en aval de la lecture de la revue. De fait, la revue propose pour chaque numéro des nuanciers pour la saison, les coupes adéquates ainsi que les tissus nécessaires, tout en rappelant régulièrement les usages propres à chacun. Ne pas avoir trouvé d’occurrences du terme « mauve » ici montre bien que dans la vie quotidienne de cette année là le mauve n’est pas du tout présent. Toutefois, il s’avère que j’ai trouvé dans les collections du Palais Galliera une robe de 1932 indexée sous le terme mauve. Elle m’amène de fait à nuancer mon analyse, et prouve bien qu’en dehors des magazines l’usage peut être tout autre. Il s’agit d’une robe longue de soirée. Toutefois, même dans les ouvrages sur les années 1930 je n’ai pas trouvé de mentions de la couleur mauve. Elle n’est donc peut-être pas représentative de la mode de son époque. On remarque donc qu’il y a un vrai contraste entre l’usage (ou plutôt le non-usage relatif ) de cette couleur au début des années 1930 et son usage à partir du milieu des années 1930 et jusqu’à la fin. En effet, j’ai pu constater qu’à partir de 1933, la couleur mauve revient. D’abord à la marge dans la collection de haute couture d’Elsa Schiaparelli présentée ainsi dans Le Jardin des Modes de mars 1933 :

Collection très personnelle : les épaules élargies, remontées par la coupe ou la garniture, font paraître la silhouette d’autant plus mincie. Garnitures masculines. Beaucoup de tailleurs nets. Blouses plates, souvent foncées. Chapeaux de tricot à fond pointu et bord relevé. Tissus : canevas de laine, de soie, Moirelsa, crêpe, Chantilly, Serjalock, peau de diable, Jerseyritz – Couleurs ; Gris foncé, rouge, maïs, brun-roux, mauve.

Lorsque je parle de « marge », je fais référence au qualificatif utilisé par la rédactrice du magazine «personnelle » et à l’intensifieur « très ». Cela marque d’abord l’originalité de collection. Elle détonne avec ce qui avait été fait avant, et correspond au regard de la styliste et ne suit pas la mode telle qu’elle était jusqu’alors faite. On peut ainsi faire porter cette qualification non seulement sur l’unité que constitue la collection mais également sur ses éléments, et notamment sur la couleur mauve en elle-même. Cela pourrait ainsi donc bien confirmer notre présupposition, à savoir qu’avant 1933, le mauve n’était plus à la mode (comme nous l’avons montré plus haut, dès 1910 le mauve est mis de côté et associé au vieux, au ringard, en bref au XIXe siècle).  D’ailleurs, cette tendance au mauve de l’année 1933 semble se confirmer ensuite dans le numéro suivant d’avril 1933 du Jardin des modes, à travers un modèle entièrement mauve (le modèle est mauve mais il n’est pas décrit, seulement coloré dans le magazine) composé d’une robe et d’un sac.

N’ayant pas pu consulter des numéros de L’officiel correspondants aux mêmes dates, il est difficile de dire si cette piste d’un tournant pour le mauve en 1933 peut être totalement confirmée. Toutefois, même si l’année 1933 n’est peut-être pas absolument décisive, on remarque un vrai changement dans les années suivantes puisqu’en mai 1935 L’officiel présente une modèle de chapeau « Longchamp » «  en paillasson bleu garni de bleuets mauves et bleus », puis en avril 1937 (il manque des numéros qui n’étaient pas présents au sein des archives) propose une « robe du soir en tulle noir de Dognin S. A, ridée d’applications de linon rose, vert, jaune et mauve », mais également dans le même numéro une robe d’après-midi Schiaparelli en « Fleurs de trèfles » «  imprimé de Ducharnne bleus, mauves et rose sur fond noir ». La présence de détails mauves sur des textiles deux fois dans une même revue est suffisamment rare pour être remarquée ici, et confirme la présence effective du mauve dans les tendances de ces années là. On remarque toutefois qu’ici le mauve est cantonné soit à des accessoires soit à des motifs. Qu’en penser ? D’abord que l’utilisation du mauve a radicalement changée par rapport à la fin du XIXe siècle qui en faisait une utilisation monochrome et pour des robes. Peut-être que cette nouvelle utilisation du mauve est une manière de le réintégrer parmi les couleurs modernes. En effet, en en changeant totalement l’utilisation comme nous le voyons ici, il s’agit de rompre avec les costumes féminins entre les années 1860 jusqu’en 1905 environ, qu’une partie des femmes des années on connu ou bien avec lesquels elle on une relation proche en les ayant vus être portés par leur mère ou leur grand-mère. Ensuite que cela ne semble pas correspondre à la description qu’en fait Sartre qui évoque des robes mauves, et donc dont la couleur dominante si ce n’est unique est le mauve.

L’autre problème que pose cette affirmation de Sartre est de savoir à quel point il s’agit d’une extrapolation littéraire. En effet, lors de mes recherches dans des archives je n’ai pas trouvé énormément de mauve dans les années 1930. Il ne s’agit clairement pas d’une couleur dominante à l’époque, toutefois on trouve un certain nombre de pièces franchement violettes. D’ailleurs le catalogue d’exposition Paris-Couture-Années Trente insiste sur l’importance du violet11 à cette période. L’usage du terme mauve à la place de violet pourrais plutôt être une manière pour l’auteur d’exprimer l’aspect passé de la scène, le mauve étant pour lui une forme affadie du violet.

Enfin, la citation de Sartre fait apparaître un certain usage du mauve, comme une couleur adaptée à la fête, aux soirées. Il ne s’agit pas d’une couleur utilisée pour les tâches de la journée, elle demeurerait ici comme au XIXe siècle alors plutôt réservée aux toilettes de bals et de fête. D’ailleurs, en consultant le catalogue Paris-Couture-Années Trente12, sur la mode des années 1930 je n’ai trouvé qu’une occurrence du mauve, en usage dans le style « néo-romantique » de la fin des années 1930, style qui fait souvent directement référence à la mode du XIXe siècle. Je ne trouve ainsi pas de faits concrets corroborant l’usage important du mauve dans l’habillement du milieu du XXe siècle.

Enfin, l’usage du mauve dans la seconde moitié du XXe siècle s’est tout particulièrement raréfié. On trouve quelques pièces mauves au musée Galliera après la Seconde guerre Mondiale mais elles sont extrêmement rares. Il s’agit soit d’une utilisation très marginale de la couleur dans des motifs, et jamais de manière dominante, soit d’un usage dans une référence explicite au XIXe siècle, comme dans les robes d’Yves Saint Laurent pour son Bal Proust. En ce qui concerne enfin le début des années 2000 on trouve principalement du rose et des violets francs, mais là aussi très peu voir pas de vêtements mauves à proprement dit. Toutefois pour cette période je n’ai pas pu consulter de revues et mes affirmations se fondent principalement sur l’observation d’images de rues dans des journaux télévisés (INA). De toutes ces images, aucun vêtement mauve ne m’est apparu.

Conclusion

Le retour de la couleur mauve cette année dans un usage quotidien et « détendu », montre une rupture absolue avec les usages traditionnels de cette couleur en France jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. On ne peut pas dire qu’elle s’adresse à une certaine génération d’acheteur car on la trouve dans toutes sortes de boutiques, pour des modèles qui s’apparentent souvent à des « basiques » et touchent de fait tout le monde. De même il ne semble pas qu’elle soit employée pour toucher un public particulièrement aisé, puisqu’on la retrouve depuis des marques très accessibles jusqu’aux marques de luxe. Alors qu’on la trouve partout aujourd’hui, il semble qu’elle soit une couleur à la mode et donc moderne de ce point de vue là. Pourtant, les entretiens menés ont prouvé que cette couleur était fortement connotée de désuétude. Porter du mauve aujourd’hui serait ainsi sans doute faire plus ou moins consciemment signe vers le passé, vers l’ancien. Les interviewés ont également associé cette couleur à la douceur et à l’élégance, ce qui se confirme même dans les années 1930 dans le style « néo-romantique ». Porter du mauve ce serait donc faire signe vers un passé idéalisé. Enfin, malgré l’affirmation de certains de mes enquêtés masculins de porter du mauve aujourd’hui, je n’en ai pas trouvé en magasin, ce qui me laisse penser que le mauve demeure encore une couleur féminine dans ses usages. Enfin, en ce qui concerne l’association du mauve à un milieu artistique et culturel je n’ai pu le retrouver dans mes enquêtes sur l’histoire et l’usage du mauve depuis sa création en France. Il me semble que cette perception du mauve est à rapprocher de l’usage anglo-saxon de cette couleur dans les milieux musicaux rock & roll et hippies et non à une tradition française.

Bibliographie :

Littérature :

Sartre, Jean-Paul, Les chemins de la liberté II, Le sursis, Folio Gallimard 1972.

Magazines de mode :

La Mode Illustrée, Journal de la famille, Année 1866, Année 1898.

Fémina, 1910

L’Officiel, 1937

Le Jardin des Modes, Groupe des publications Condé Nast, Année 1932, Année 1933.

Sociologie : Barthes, Roland, « Le bleu est à la mode cette année », Notes sur la recherche des unités signifiantes dans le vêtement de mode, in Revue française de sociologie, 1960, 1-2, pp. 147-162.

Catalogues :

De la mode et des Lettres, du XIIIe à nos jours, Musée de la mode et du costume, 7 décembre 1984- 14 avril 1985, Palais Galliera.

– Femmes fin de siècle, 1885- 1895, Musée de la mode et du Costume – Palais Galliera, 1990, Alençon.

Les Années folles 1919-1929, Musée Galliera, 20 octobre 2007 – 29 Février 2008, Paris Musées, Barcelone.

– Paris-Couture-Années Trente, Palais Galliera, 7 mai 1987, Édition Paris-Musées et Société de l’Histoire du costume, 1987, France.

Paris Haute Couture, Les expositions de l’Hôtel de ville de Paris, sous la direction d’Olivier Saillard et Anne Zazzo, Skira Flammarion, 2012, Italie.

Sous l’Empire des crinolines, Musée Galliera, 29 novembre 2008- 26 avril 2009, Paris Musées, Barcelone.

Dictionnaires et guides de savoir-vivre

– Bayard Émile, L’Art d’être une Femme ou l’Art d’améliorer et de corriger la Grâce pas le Geste esthétique, orné de trente photographies d’après-nature, préface de A Willette, Albert Méricant Éditeur, 1 rue du Pont de Lodi, 1907.

– Bassanville, Comtesse de, Petit code cérémonial pour les principales circonstances de la vie, extrait du code complet du cérémonial, A la ville de Paris, Magasin de Nouveauté le plus vaste d’Europe, 170 Rue Montmartre, près des Boulevard, 1868.

– Cerfberr Gaston et Ramin M.V, Dictionnaire de la femme, Encyclopédie-manuel des connaissances utiles à la femme, Maison Didot Firmin- Didot & Cie, Imprimeries- Éditeurs, 56 rue Jacob, Paris, 1897.

– Gilonne, G, Bret L, Nicout, J, Keck J, Dictionnaire Pratique des Tissus, Bosc Frères- M& Riou Imprimeries- Éditeurs, Lyon, 1930.

– Staffe, Baronne, Usages du monde, Règles du savoir-vivre dans la société moderne, Victor- Havard Éditeur, Paris, 1891.

Le Nouveau Savoir-Vivre Universel, IIe Tome, La science du monde 1886.

1Questionnaire de l’enquêté E4, 79 ans.

2Barthes, Roland, « Le bleu est à la mode cette année », Notes sur la recherche des unités signifiantes dans le vêtement de mode, in Revue française de sociologie, 1960, 1-2, pp. 147-162.

3Sous l’Empire des crinolines, Musée Galliera, 29 novembre 2008- 26 avril 2009, Paris Musées, Barcelone, pp 41.

4Voir la robe de 1865 page 1 qui en est un exemple particulièrement représentatif.

5La Mode Illustrée, Journal de la famille, n° 29, Dimanche 15 juillet 1866, pp 231.

6Cerfberr, Gaston et Ramin, M.V, Dictionnaire de la femme, Encyclopédie-manuel des connaissances utiles à la femme, Maison Didot Firmin- Didot & Cie, Imprimeries- Éditeurs, 56 rue Jacob, Paris, 1897.

7Fémina 1910, 1er février n° 217, pp 68.

8 Sartre, Jean-Paul, Les chemins de la liberté II, Le sursis, Folio Gallimard 1972.

9Ibid p 249.

10Ibid, p 251

11Paris-Couture-Années Trente, Palais Galliera, 7 mai 1987, Édition Paris-Musées et Société de l’Histoire du costume, 1987, France, pp 38.

12Paris-Couture-Années Trente, Palais Galliera, 7 mai 1987, Édition Paris-Musées et Société de l’Histoire du costume, 1987, France, pp 189.



Citer ce billet
Louise Valentin (2023, 10 mars). Le Mauve: la modernité en question. Philosophie-Esthétique-Art-Mode. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/stgy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search