Il nous fait pénétrer directement dans l’entre-deux, cet espace indéfinissable, ambigu en abolissant tant le fond que le contexte. Extraite des références au réel, la figure de Marguerite n’est plus celle du fantôme, reste d’une humanité réelle et concrète mais prend davantage la forme de l’ange, entièrement extrait des nécessités du réel concret. Marguerite y est d’ailleurs particulièrement méconnaissable.

https://phileam.hypotheses.org/123


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.